http://photosdevoyage.fr.nf/

TRAVELLING AROUND THE WORLD

Click on the flag to acces the posts about :

ASIA
Please note that Tibet, Yunnan and Xinjiang are not independant countries but provinces or autonomous regions of China being a bit ethno-culturally different from the rest of PR China.
China
South Korea
Japan
Tibet
Xinjiang
Yunnan
NORTH AMERICA
USA
Mexico
Canada
EUROPE
Belgium
Luxembourg
Holland
Germany
Austria
Switzerland
Liechtenstein
England
Scotland
Italy
Monaco
San Marino
Vatican city-state
Spain
Andorra
Iceland
Norway
Sweden
Denmark
Finland

(some locations are still to be completed on this blog : China and Norway )

dimanche 27 mars 2011

Mariage chinois traditionnel

Les 4 pots de thé et la coque de fruit dans laquelle nous buvons l'alcool de cérémonie.

La scène où presque tout se déroule.

La bassine de feu purificateur et plus loin la selle et la pomme.

Le voile et le corde symbolisant le lien qui nous unit au travers des vies.

Les musiciens nous accompagnant.

Première étape de l'enlèvement du voile.

The english translation will come later (tomorrow if i can find time to type that much).
La description de la cérémonie qui va suivre n'est pas celle d'une cérémonie complète puisque dans mon cas toutes les conditions n'étaient pas présentes (notamment mes parents qui sont restés en france à cause de la neige qui a bloqué les aéroports d'Europe de l'Ouest). Quelques éléments ont également été abandonnés, tels que l'arrivée à cheval, peu adéquate dans Pekin qui compte plus de 10.000.000 d'habitants. Il m'aurait fallu en théorie me rendre chez les parents de ma promise pour la leur "enlever", mais dormant déjà chez eux ce n'était aps facile à organiser. Les "chez eux" a donc été remplacé par une salle privée du restaurant. Ce qui va suivre est donc la cérémonie de mariage traditionnel telle que je l'ai vécue, adaptée aux circonstances.
Dans un premire temps, les mariés sont dans une salle à part des invités et ma belle mère va me donner à deux reprises des boules de riz fourrées aux graines de sésame sucrées. Très bon mais extrêmement gluant et long à mastiquer. L'idée est que si je suis bien traité et nourri, j'en ferais de même pour ma future épouse. Ensuite, ma belle-mère nourrit ma future épouse pour la dernière fois avant qu'elle ne quitte le foyer familial et "change" de famille.
Un voile rouge et opaque est ensuite mis en place sur sa tête (dans l'ancienne époque, les époux se découvraient pour la première fois lorsque le voile était retiré.
Nous saisissons alors chacun les extrémités d'une corde rouge, agrémentée d'une grosse fleur tressée en son centre. Il s'agit d'un symbole de ce qui nous relie au travers des incarnations, à la façon du compte de la tisserande et du bouvier. Je marche en avant et à gauche de ma promise jusqu'à la scène où la cérémonie aura lieu.
Il y aura d'abord pour la mariée une bassine en bronze dans laquelle brûle un feu destiné à la purifier. Dans notre cas le feu consistait en un chiffon rouge placé dans la bassine. Une fois la bassine franchie, se trouve alors sur le chemin une selle sur laquelle est posée une pomme. Pomme se prononce "pingguo" en chinois. Selle se prononce "ma an". "pingan" signifie sécurité. La mariée doit choisir de faire tomber la pomme avec l'un des deux pieds, la pomme tombant sur le sol étant symbole de naissance. En fonction du pied roit ou gauche, le premier né sera un garçon ou une fille. Mon épouse ayant fait son choix mais s'étant trompé de pied au dernier, je devrais donc avoir dans le futur une fille.
Au moment de monter sur scène, le maître de cérémonie dit "bu bu gao shen" (pas à pas la promotion).
Nous faisons alors face aux invités et je me tiens à gauche de mon épouse.
Le maître de cérémonie me donne alors une sorte de baton servant à peser les marchandises dans l'ancien temps. Il doit y avoir là aussi une métaphore reposant sur la prononciation, mais j'oublié d'en prendre note.
Je soulève alors avec ce baton un coin du voile de mon épouse, puis l'autre afin, de commencer à découvrir son visage "pour la première fois". J'ai droit à la troisième fois de retirer son voile, toujours sans la toucher.
Nous nous tournons alors vers l'autel pour rendre hommage aux dieux. Si ma mère avait pu être là, elle aurait alors allumé 3 batonnets d'encens pour les donner à mon épouse. Je m'en charge donc. Mon épouse, une fois les 3 batonnets en main s'incline et les place sur l'autel (étant la future origine de la famille, c'est à elle de le faire).
Nous entendons alors "zheng yi guan" qui est l'ordre de mettre en ordre nos vêtements. Puis "gui" et nous nous agenouillons. "yi kou shou" (inclinez vous une première fois), "qishen" (redressez-vous), "zai kou shou" (inclinez-vous une deuxième fois)... ainsi de suite jusqu'à la troisème inclinaison.
Si la chandelier n'avait pas persisté à tomber sur les rideaux, nous aurions alors allumé une bougie représentant un dragon, et une autre un phénix.
A ce moment les parents des mariés les rejoignent sur scène et la demoiselle d'honneur nous fournit alors alors 4 pots de thé. Je dois en donner un à chacun de mes beaux parents en les appelant "baba" et "mama" (papa et maman). Mon épouse aurait du en faire autant avec mes parents. Nous enchainons ensuite sur une nouvelle série de 3 inclinaisons envers nos parents.
L'absence de ma famille est remplacée par une vidéo d'eux projetée sur écran géant tant bien que mal et dans laquelle ils expliquent les raisons de leur absence. Le PC ayant fait des siennes, le maître de cérémonie parle de problèmes de transmissions satellite et aucun des invités ne se rends compte qu'il aurait du faire nuit en France compte tenu du décallage horaire.
Nous poursuivons sur une nouvelle série de 3 inclinaisons l'un envers l'autre cette fois-ci. Nous devons nous toucher la tête sur la première et garder la position longtemps sur la troisième.
Viens ensuite le moment ou nous devons boire un peu d'alcool chacun dans la moitié de la coque sèche d'un même fruit, en l'échangeant à 3 reprises. Les deux moitiés sont ensuite attachés ensemble par une ficelle.
Le maître de cérémonie s'avance alors avec à la main une date et un marron. Mon épouse doit les nommer. En chinois, leurs prononciation est la même que, repectivement, "tôt" et "donner naissance". Signification évidente.
A moi ensuite de désigner une cacahuette (se prononce comme "plusieurs enfants").
Je dois ensuite tenir 7 raviolis attachés sur une ficelle et les donner à manger à mon épouse à qui sera posée la question "sheng bu sheng" (est-ce cuit?). Elle doit répondre "oui". Il s'agit probablement d'une autre métaphore concernant les naissances mais je l'ai oubliée.
A mon tour de manger quelques nouilles non salées, cuisinées par ma belle-mère et tenues par mon épouse. A la question "xian bu xian" (est-ce salé?) je dois répondre "pas salé" (je ne déteste pas). Une légère erreur de prononciation me fait dire "ça en sent pas bon". Hilarité générale.
Nous nous retournons ensuite vers les invités et nous inclinons avant de quitter la scène, moné pouse me suivant toujours en tenant la corde rouge, mais sans son voile.
Pendant que les invités mangent, nous changeons de vêtements puis revenons les remercier un par un en leur donnant bonbons, alcool ou cigarettes. Nous avons en échange des cadeaux de mariage dans des enveloppes rouges.